alain desjacques

Remarques préliminaires sur l’expression de l’aspect duratif dans le système verbal mongol

Revue des Etudes de Langues et Civilisations Etrangères, de l’Université Nationale de Mongolie, n°295 (12), pp5-11, 2008.

 

Résumé :

 

Après avoir rappelé, dans une large introduction, les principales caractéristiques de la langue mongole, l’auteur centre son discours sur l’aspect duratif exprimé dans le système système verbal en examinant ses différentes classes morphologiques. Il en ressort que des notions de durée s’expriment non seulement dans le temps verbal du « passé prolongé » ou même dans le verbe sous sa forme radicale, correpondant un impératif dans des formes courantes exprimant l’interdiction ou la mise en garde, mais aussi dans divers formes verbales simples ou composées. Ainsi l’utilisation de certains converbes comporte une notion de durée, comme dans les converbes de simultaneïté en -n, de concomitance en –j, le converbe disjonctif en –aad4. Et dans l’ensemble des converbes qui sont des circonstanciels, on trouve le converbe elatif en –saar4, le converbe terminal en –tal4, le converbe d’occasion en –ngaa4, porteurs à divers degrés de la notion de durée. A cela, s’ajoutent certains suffixes de dérivations verbales comme le suffixe coopératif en –lc peuvant exprimer une notion de durée ainsi que certains noms verbaux comme l’itératif en –dag4. Toutes ces marques grammaticales jouent un rôle important dans l’expression de l’aspect, mais pas exclusivement. Mais on peut dire que la morphologie verbale mongole offre un concentré privilégié de l’expression de l’aspect que l’on rend compte en français la plupart du temps au moyen de traductions périphrastiques.



08/10/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres